Pub
  • Micro trottoire

    Micro trottoire

    Micro tendue aux populations dans les rues...

  • Économie

    Économie

    Emission sur des sujets d’economies, rencontre avec des economistes, des financiers.

  • Publicité

    Publicité

    Avec jeunes entrepreneurs ayant reussi dans leurs domaines d'activités.

  • Job

    Espace cuisine

    A la découverte des cuisines du monde.

  • Réligion

    Réligion

    Emission religieuse, messe, temoignagne, éducation réligieuse.

  • Coup de Coeur

    Coup de Coeur

    Plate forme qui permet à toute personne de poster un écrit ou une vidéo portant critique sur une situation quelconque.



"Il ne faut pas laisser survivre l'impunité" : dans un entretien à France 24 et RFI, le Premier ministre ivoirien soutient qu'Abidjan est prêt à livrer à la Cour pénale internationale des forces pro-Ouattara en cas de crimes de sang.

 Le Premier ministre ivoirien Guillaume Soro a affirmé vendredi que son pays serait prêt à livrer à la Cour pénale internationale (CPI) des militaires issus des forces du président Alassane Ouattara en cas de "crimes de sang", dans un entretien à RFI et France 24.

Interrogé pour savoir si son gouvernement était prêt à livrer des éléments de l'ex-rébellion des Forces nouvelles, qui ont rejoint la nouvelle armée du président Ouattara, celui qui fut leur leader s'est clairement engagé.

"Il ne faut pas faire le travail des juges à leur place. Laissons les faire. Si l'enquête révèle qu'un militaire a une responsabilité dans la commission de crimes de sang, évidemment que nous serons d'accord que la Cour Pénale fasse son travail et qu'il soit extradé", a déclaré M. Soro.

"De toute façon le Président de la République a été clair sur cette question. Et le gouvernement a la même position : il ne faut pas laisser survivre l'impunité", a-t-il rappelé.

"N'anticipons rien. Laissons la Cour Pénale faire son travail. Pour le moment, c'est l'ouverture de l'enquête, laissons-les faire", a-t-il aussi insisté.

Le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) a été autorisé le 3 octobre à enquêter sur des crimes contre l'humanité et des crimes de guerre qui auraient été commis par les auteurs des violences ayant suivi l'élection présidentielle de novembre 2010 en Côte d'Ivoire.

M. Ouattara avait demandé le 3 mai à la CPI d'enquêter sur les "crimes les plus graves" commis au moment des violences, la justice ivoirienne se chargeant notamment des crimes économiques et des crimes contre la sécurité de l'Etat.

L'ancien président Laurent Gbagbo a été arrêté le 11 avril après plus de quatre mois de crise, dont deux semaines de guerre, née de son refus de reconnaître sa défaite à la présidentielle de novembre 2010. La crise post-électorale a fait quelque 3.000 morts selon l'ONU.

Fin septembre, le ministre ivoirien des droits de l'Homme, Gnénéma Coulibaly, a estimé que le transfèrement de l'ancien président Gbagbo à la CPI à La Haye "faciliterait le processus de réconciliation" en Côte d'Ivoire.

La CPI a prévenu qu'elle enquêterait sur les crimes potentiellement commis dans chacun des deux camps.

Côté Ouattara, des ONG internationales ont notamment mis en cause Chérif Ousmane, pilier de la rébellion nordiste de 2002, qui fut chef des opérations FRCI dans le bastion pro-Gbagbo de Yopougon, à Abidjan. Actuellement numéro 2 de la garde présidentielle, il est un homme de confiance d'Alassane Ouattara.

"Tous les commandants de zone - nous avons eu l'occasion de le montrer, de le démontrer à plusieurs reprises - ont été rappelés à l'ordre. Ceux qui n'ont pas suivi les consignes que nous avons données ont été purement et simplement mis de côté", a affirmé Guillaume Soro à Radio France International et France 24.

Source : AFP


Extrait de l'interview (RFI et France 24) :

RFI : Monsieur le Premier ministre, bonjour. La Cour pénale internationale vient officiellement de lancer une enquête sur les crimes commis durant la période post-électorale mais aussi sur ceux commis durant la période 2002-2010. Monsieur le Premier ministre, en tant que leader de l’ex-rébellion des Forces nouvelles, vous sentez vous un peu visé, êtes vous inquiet ?

Guillaume Soro : D’abord il faut savoir une chose, c’est que la CPI ouvre une enquête à la demande du gouvernement ivoirien. Cela veut dire que c’est en connaissance de cause que le gouvernement ivoirien, dans un souci de clarifier la question des droits de l’homme dans notre pays, a expressément demandé à la Cour, sur la base du principe de subsidiarité, de venir enquêter sur ces crimes. Donc je ne peux pas être au gouvernement et être inquiet ! Je pense simplement que le peuple de Côte d’Ivoire a besoin de savoir la vérité. Et c’est une bonne chose pour la Côte d’Ivoire pour que l’impunité ne survive pas.

RFI : Monsieur le Premier ministre vous dites que vous n’êtes pas inquiet mais est-ce que vous êtes prêt, si les magistrats de la CPI le demandent, à livrer certains officiers de l’ex-rébellion des Forces nouvelles ?

G.S. : N’anticipons rien. Laissons la Cour pénale faire son travail. Pour le moment, c’est l’ouverture de l’enquête, laissons-les faire. De toute façon le président de la République a été clair sur cette question. Et le gouvernement a la même position : il ne faut pas laisser survivre l’impunité. Si la CPI avait eu à ouvrir des enquêtes plus tôt, peut-être aurait-on pu éviter la crise post-électorale que nous avons connue en 2010.

France 24 : Monsieur le Premier ministre, à propos du cas de Laurent Gbagbo, est-ce que vous souhaitez qu’il soit extradé le plus rapidement possible vers La Haye ?

G.S. : Je pense que c’est inévitable après les tueries dans notre pays. M. Laurent Gbagbo est quand même responsable de plus de 3 000 morts. Dans cette crise post-électorale, alors qu’il avait la possibilité de laisser le pouvoir en sortant par la grande porte, en le refusant et en utilisant l’armée contre la population, évidemment qu’il mérite d’y aller.

RFI : Mais y a-t-il vraiment urgence à ce que Laurent Gbagbo sorte de Côte d’Ivoire ?

G.S. : Je ne pose pas le problème en ces termes. Laissons la CPI faire son travail à son rythme et que ceux qui seront épinglés à l’issue des enquêtes répondent de leurs actes.

France 24 : Donc y compris d’éventuels ex-membres des Forces nouvelles ?

G.S. : Je vois bien que vous insistez sur cette question. Vous ne m’embarrasserez pas. Il ne faut pas faire le travail des juges à leur place. Laissons les faire. Si l’enquête révèle qu’un militaire a une responsabilité dans la commission de crimes de sang, évidemment que nous serons d’accord que la Cour pénale fasse son travail et qu’il soit extradé.
 
RFI : La Commission dialogue vérité et réconciliation (CDVR) a été officiellement mise en place. Ses contours et son champ d’application restent flous. Ne craignez vous pas que les Ivoiriens soient déçus ?

G.S. : Je pense que la CDVR est animée par des personnalités qui ont fait preuve d’un certain nombre de capacités dans notre pays, notamment son président, l’ancien Premier ministre Charles Konan Banny. Je n’ai aucun doute : il a les moyens de réussir la réconciliation. Le rôle du gouvernement est de l’accompagner et nous le ferons.

France 24 : Cette réconciliation est-elle possible en l’absence de Laurent Gbagbo qu’il soit extradé à La Haye ou en résidence surveillée ? Ses partisans réclament sa libération, qu’est-ce que vous leur répondez ?

G.S. : Je demande aux partisans de M. Laurent Gagbo même si c’est leur droit, cela s’apparenterait sinon à du lâchage, mais je leur demande d’être sérieux. On ne peut pas demander la libération de M. Gbagbo quand on sait qu’il est responsable de 3 000 morts ! J’insiste là-dessus. Ce n’est même pas bon pour la Côte d’Ivoire. Nous voulons la réconciliation, mais il faut que la justice fasse son travail. Et M. Gbagbo, nous le demandons, doit avoir droit à une justice équitable. Nous disons simplement que M. Gbagbo doit répondre de ses crimes. On ne peut pas demander dans de telles circonstances sa libération, cela n’est pas possible et ne s’est jamais vu. Et je l’ai dit et je le répète, tout le monde sait très bien que si c’était nous qui étions à la place de Gbagbo, nous ne serions même pas en vie pour réclamer une justice ou une quelconque libération ! On nous aurait liquidés ! Et c’est leurs propres termes. Donc aujourd’hui, notre gouvernement s’est battu et a donné la vie à Gbagbo, on lui offre même les meilleures possibilités d’avoir une justice équitable ! Donc je pense que nos amis du FPI (Front populaire ivoirien) devraient être plutôt humbles.

RFI : Pour crédibiliser la Commission dialogue vérité et réconciliation, ne faudrait-il pas qu’un certain nombre d’officiers de l’ex-rébellion des Forces nouvelles demande pardon notamment pour une série d’exactions commises dans l’ouest du pays ?

G.S. : La Commission dialogue vérité et réconciliation n’est pas mise en place que pour l’ex-rébellion. Je pense que c’est un exercice de catharsis que le président doit faire, nous sommes d’accord, pour tous les Ivoiriens, sans exclusion. Il ne faut pas simplement voir un camp ou l’autre. Il y a même des personnalités, des personnes en Côte d’Ivoire, qui ne sont pas des militaires. Il ne faut pas simplement penser que cette crise est une crise militaire, elle est d’abord politique. C’est à la télévision, dans les radios, qu’on a incité les uns et les autres par des discours de haine, à en venir à cette situation dramatique, tragique pour le pays. Donc je pense que c’est global, c’est général et il faut éviter de catégoriser, de cibler un certain nombre de personnes.

France 24 : Mais est-ce qu’il ne faut pas de temps en temps quand même cibler et être clair puisque certains partisans de Laurent Gbagbo notamment mais aussi des ONG dénoncent des comportements, des exactions, notamment commises par un ancien commandant de zone, Wattao, l’avez-vous rappelé à l’ordre ?

G.S. : Tous les commandants de zone – nous avons eu l’occasion de le montrer, de le démontrer à plusieurs reprises, ont été rappelés à l’ordre : ceux qui n’ont pas suivi les consignes que nous avons données ont été purement et simplement mis de côté ! Donc il ne faut pas cataloguer, il ne faut pas catégoriser, il ne faut pas cibler. Laissons la Commission dialogue vérité et réconciliation faire son travail en toute indépendance. Je pense que c’est important (…).




Pubié par www.encoreplustv.com Le 07 Octobre 2011


Share |

1 Commentaires

écrit le 07 Oct 2011 16:25

n'anticipons rien, et pourtant, tu l,a fait pour gbagbo. Pffff.......




Envoyer un commentaire

Votre nom :


Site Web :


Courriel :


Message :

Flash info

09:58 - 17-11-2011 : Coups de feu à la Maison Blanche : un suspect arrêté >>>

09:55 - 17-11-2011 : Bénin : Le Pape Benoît XVI attendu à Cotonou vendredi >>>

09:54 - ARMENIA ARMENIA ARMENIA >>>

09:51 - 17-11-2011 : Explosion de roquettes près de l'endroit où a lieu la Loya Jirga en Afghanistan >>>

09:49 - 17-11-2011 : Syrie: Ambassades du Maroc et des Emirats arabes unis attaquées >>>

09:48 - 17-11-2011 : 27 insurgés tués et six autres capturés en Afghanistan >>>

14:54 - 19-10-2011 France - Carla Bruni-Sarkozy est entrée ce matin à la clinique de la Muette avec son mari (dans le 16e arrondissement parisien) et que la France entière attend avec impatience la nouvelle de son accouchement >>>

14:49 - 19-10-2011 Décès de Marie Dedieu, l'otage française des milices somaliennes >>>

11:11 - 14-10-2011 Chine - Accident d'avion lors d'un salon de l'aéronautique en Chine >>>

11:01 - 14-10-2011 Papouasie Nouvelle Guinée - Séisme de magnitude 6,7 dans l'est de la Papouasie-Nouvelle-Guinée >>>

IReport


Infolettre

Restez connecté


Skype Twitter Flux RSS

Restez en contact avec votre site favoris.

Encore plus sur Twitter

Pour nous joindre

Encore Plus T.V.
(225) 02 83 70 77
info@encoreplustv.com
www.encoreplustv.com

Copyright Encore Plus TV - 2010 - Tous droits réservés - Propulsé par : W3P Design

Haut